Essai. Béquille d’appoint pour moto : mais comment ai-je pu m’en passer ?

Roadsters, trails, sportives ou routières, de nombreuses motos sont livrées sans béquille centrale. Du coup, mis à part pour celles à cardan, lorsqu’il s’agit de graisser la chaîne, c’est un peu la galère.

La solution la plus communément employée est alors l’utilisation d’une béquille d’atelier. Pour une centaine d’euros, celle-ci permet de réaliser les opérations courantes de graissage et de tension de chaîne, mais aussi, pour les plus maniaques, de nettoyer la roue arrière.

Sauf que lorsqu’on n’est pas un motard en sucre, avec sa moto, on voyage. Loin. Sur plusieurs jours. Et là revient la difficulté pour le graissage et la tension de la chaîne…

Facile et pas cher

Bien sûr, certains motocistes à l’esprit motard, contre l’achat de la graisse et du dégraissant, donneront un coup de main et prêteront une béquille d’atelier. Mais pas tous. En tout cas, pas partout. C’est là qu’entre en scène un petit instrument fort pratique : la mini béquille d’appoint ou béquille de voyage.

Aux Tontons Flingueurs, on vous conseillera toujours de commander vos accessoires auprès de votre bouclard local. Mieux encore : chez nos partenaires. Parce qu’ils sont pros, sympas et qu’ils nous donnent quelques sous. C’est dire s’ils ont bon goût… Mais là, personne n’avait cet article en rayon. J’ai donc dû me tourner vers le grand souk électronique pour en trouver une, vendue une trentaine d’euros.

Certaines de ces béquilles sont affichées à des tarifs bien plus importants, mais je ne les ai pas achetées, ne voyant pas bien ce qu’elles offraient de plus que le modèle à 30 balles…

Son utilisation est des plus simples : on place la moto sur sa béquille latérale sur un terrain plat et stable, on bloque le frein avant de la moto à l’aide de la courroie (fournie), puis on place la béquille d’appoint sous le bras oscillant où un des supports permettant de placer la béquille d’atelier au niveau de l’axe de la roue. A partir de là, il suffit de tourner une douille filetée pour soulever d’un à deux centimètres, sans effort, la moto, qui repose alors sur sa béquille latérale, la béquille d’appoint et la roue avant.

Attention : les mini-béquilles ne conviennent pas à toutes les motos, notamment aux choppers ayant des béquilles latérales déportées. La  moto doit d’ailleurs avoir un bras oscillant à partir de 27,5 cm par rapport à la hauteur du sol pour que cela fonctionne.

Rétractée, la béquille mesure 31,5 x 9,5 cm et pèse environ 1 kg. Selon la notice, elle peut supporter une charge de 100 kg maxi et se range facilement dans un top case ou une valise latérale.

Au final, cet accessoire simplifie vraiment la vie du motard au long cours et pour un peu, il donnerait presque envie de nettoyer plus souvent sa roue arrière. C’est dire comme on kiffe le truc !

On a aimé :

  • C’est facile
  • C’est pas cher
  • Et ça peut rapporter gros (économiser le kit chaîne)

On n’a pas aimé :

  • La litanie des précautions d’emploi (mais qu’on nous foute la paix avec le risque zéro)
  • Le fait d’avoir dû l’acheter sur internet
  • Le prix : à 30 € ils doivent quand même se faire une sacrée marge

Précision : matériel testé sur une Aprilia Mana Na 850 GT de 247 kg, réservoir à l’arrière.

Essai. Versys 650 : un petit Kawa corsé

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *