Grand débat national : la FFMC 39 donne la parole aux motards

Pour ne pas laisser la place aux autres, la FFMC 39 organise une réunion du grand débat, vendredi 8 mars à 20 heures au Puits Salé de Lons-le-Saunier. On y parlera mobilité, liberté et sécurité routière.

Pour tout vous dire, à la FFMC, on ne croit pas trop au remède du Grand débat national. On ne croit surtout pas que cela va infléchir la politique d’un Premier ministre qui n’entend rien, ne voit rien et ne supporte pas la moindre contradiction, comme on a pu l’éprouver avec l’épisode calamiteux des 80 km/h ou plus récemment la loi « anti-casseurs », qui est en fait une loi « anti-manifs ». Mais pour ne pas que d’autres disent et décident pour nous, les motards de la FFMC 39 ont décidé d’organiser, eux aussi, une réunion du Grand débat national portant sur les thèmes de la mobilité, la sécurité routière et nos libertés.

Ce Grand débat sera bien sûr ouvert aux motards, adhérents ou pas de la FFMC, comme à tous les Citoyens. Il se déroulera le vendredi 8 mars 2019 à 20 heures à la salle du Puits-Salé à Lons-le-Saunier.

La FFMC 39 invite aussi les motards et ses adhérents à se saisir de ce grand débat à titre individuel et à répondre aux questionnaires proposés par le site internet granddebat.fr avec la grille de lecture de la FFMC, sur la base des valeurs qui l’animent depuis sa création : la solidarité et la liberté.

> A lire : les éléments de réponse de la FFMC aux questions du Grand débat national

Les enjeux de la transition écolo-énergétique et de la sécurité routière doivent être partagés selon le principe que pour qu’une règle soit acceptée elle doit être acceptable. Le public doit être associé, convaincu. Il n’y a pas de conviction sous la contrainte. Plus particulièrement, la FFMC souhaite attirer l’attention de l’Etat sur :

  • Les restrictions de circulation ZCR, ZFE, ZBE.
  • L’abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur routes bidirectionnelles sans séparateurs de voies.
  • Les réglementations aussi tatillonnes qu’imbéciles imposées aux motards au cours des dernières années.
  • L’entretien et l’aménagement défaillant du réseau routier.
  • La Formation (en milieu scolaire et dans le cadre du permis de conduire).
  • Une fiscalité non-pénalisante pour les plus démunis.

Quelle que soit l’issue du grand débat national, la FFMC aura ainsi réaffirmé ses positions en faveur d’une société plus juste, plus équitable et sans discrimination.

Write a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *